Le bagad − Breizh Partitions
Aller au menuAller au contenu

Breizh Partitions

Partitions gratuites et libres

  • Français
Breizh Partitions

Le bagad

Étymologie

Le mot « bagad » est l’abréviation du breton bagad ar sonerion, signifiant ensemble de sonneurs.

Le pluriel de « bagad » est « bagadoù » ; cependant, comme il s’agit d’un mot d’origine bretonne, la règle pour le pluriel diffère de celle appliquée n français. On n’écrira « bagadoù » que si le mot n’est pas précédé d’un nombre : on parlera donc de 2, 3 ou 10 bagad(s) mais, plus généralement, de bagadoù.

Historique

L’origine des bagadoù bretons est à rechercher dans les pipe-bands écossais ; en effet, ceux-ci ont voyagé dans le monde entier au côté de l’armée britannique. Cependant, la Bretagne possédant déjà le couple traditionnel bombarde – biniou-koz, la cornemuse écossaise ne s’est implantée dans la région qu’à partir du début du XXe siècle, supplantant progressivement, mais pas totalement, le binioù breton qui porte depuis le nom de binioù-kozh (vieux binioù).

Le premier bagad a été créé en 1949 par les cheminots de Carhaix ; comme les pipe-bands, il comportait un pupitre de cornemuses écossaises, un pupitre de caisses claires écossaises, une grosse caisse ainsi que, grande nouveauté dans le genre, un pupitre de bombardes bretonnes. Cette forme instrumentale est depuis considérée comme la forme traditionnelle du bagad breton, ce qui fait d’ailleurs débat ; une forme instrumentale de 60 ans peut-elle être considérée comme traditionnelle ?

Après cette initiative, une grande quantité de bagadoù ont été créés, comme le Bagad Kemper, la Kevrenn Alré et de très nombreux autres encore. La Bodadeg Ar Sonerien a rapidement été mise en place pour coordonner les bagadoù et mettre en place les premiers concours.

La forme originale du bagad a été plus ou moins modifiée selon les bagadoù : la majorité des bagadoù possèdent maintenant des toms, une ou plusieurs lombardes ou trombardes, certains utilisent djembées, congas ou autres percussions africaines.

Le répertoire s’est lui aussi élargi dans certains bagadoù qui n’hésitent pas à intégrer des musiques d’autres horizons ou des compositions plus modernes.

Photo Bagad Brieg au Festival Interceltique de Lorient 2000
Le Bagad Brieg au Festival Interceltique de Lorient 2000
Crédit photo : Breizh Partitions (Licence Creative Commons BY-SA 3.0)

Championnat

Depuis longtemps déjà, les sonneurs en couple avaient l’habitude d’en découdre lors des concours régulièrement organisés en Bretagne. Dès la création des premiers bagadoù, un championnat s’est donc rapidement mis en place. Ce championnat est divisé en catégories ; actuellement, il en existe cinq, la première étant la meilleure, dans lesquelles se répartissent environ une petite centaine de bagadoù.

Si la majorité des bagadoù réside en Bretagne, de nombreux ensembles existent ailleurs en France, comme à Bordeaux, Roanne, Lille, Le Havre, Paris et sa région… sans compter les Guadeloupéens de Karukera !

Enfin, plusieurs bagadoù refusent de participer au championnat BAS, comme le célèbre bagad de Lann-Bihoué, ou le bagad Men ha Tan. En particulier, la Kevrenn de Brest a claqué la porte du championnat dans les années 80, car elle estimait que le système des concours ne permettait pas l’ouverture musicale.

Photo Kerlenn Pondi au Festival Interceltique de Lorient 2000
La Kerlenn Pondi au Festival Interceltique de Lorient
Crédit photo : Breizh Partitions (Licence Creative Commons BY-SA)

Extraits sonores

Autres descriptions

Partitions gratuites pour instruments de bagad

Liste des bagadoù (en 2012)

Remarques et suggestions

Pour toute remarque ou suggestion quant à cet article, merci de me contacter.

En particulier, n’hésitez pas à me signaler d’éventuelles erreurs dans les liens ou la catégorisation des bagadoù.

Licence

Cet article est publié sous contrat Creative Commons by-sa.

En résumé, vous êtes libre de rediffuser, publier, réutiliser tout ou partie de cet article sans autorisation préalable (y compris utilisation commerciale), sous deux conditions :

  • Citer l’auteur de l’article (Breizh Partitions, www.breizh-partitions.fr)
  • Utiliser la même licence en cas de publication de tout ou partie de cet article après l’avoir modifié

Les photos restent soumises à leurs licences respectives.

Creative Commons by-sa